SPORT MOTEUR

Toute l'actualité des sports motorisés du Québec et International

Nouvelles motos

Le rendez-vous moto de Blainville et Martin Deschamps

Posted by sportmoteur on August 16, 2011 at 12:10 AM

Le Trike de Martin Deschamps

 

Le rendez-vous moto de Blainville et Martin Deschamps :

Par François Cominardi

 

C’est la huitième année que l’école de conduite Contact organise le Rendez-Vous Moto Blainville. Et cette année encore, une contribution est reversée à la fondation Moelle Épinière et Motricité Québec.

 

Près de 500 motos se sont jointes à la Randonnée Contact, qui s’étendait sur un parcours de 200 km sur les routes des basses-Laurentides.

 

Martin Deschamps et François Cominardi (Photo Pierre Latour)

 

Il y avait une tombola avec une Harley Davidson et un voyage à Riviera Maya à gagner.

Des motos étaient exposées, en majorité des Harley, Mais j’ai quand même vu une Suzuki 750 GT et une BMW des années 70. Il y avait une belle gangster Bike traitée dans le plus pur style Old School et des motos Iron Horse fabriquées au Texas, avec un moteur SNS 1810 cc, reconnaissables par leurs longues fourches.

 Gangster bike

Des concessionnaires étaient présents sur place : Hamel Honda, qui était présent aussi à X-Town, Summum sports le concessionnaire BRP adossé au H-Grégoire de St-Eustache, Jac Moto et également Harley Davisdson Laval.

Alexandre Poce et Marcel Deschênes

 

Marcel Deschene, le patron de l’enseigne Contact était satisfait du nombre de participants à la randonnée et de la tournure que prend le Rendez-Vous Moto Blainville depuis sa création en 2003, date à laquelle il a repris l’enseigne Contact. Ce sont maintenant 11 écoles de conduite Contact qui se trouvent sur la Rive Nord, et partagent une piste moderne, à l’asphalte neuf, située à Mirabel St-Janvier, ainsi que 25 motos dédiées à la formation.

 

De son côté, Alexandre Poce, ambassadeur pour la Fondation Moelle Épinière et Motricité Québec, se disait ému par l’implication des motocyclistes, et des signes de sympathie qu’ils ne manquaient pas de lui transmettre lors du départ de la balade.

 

C’était le moment que prenait Martin Deschamps pour arriver au guidon de son trike Harley spécialement aménagé. C’est l’entreprise québécoise Zeel design qui s’est chargée d’adapter le trois roues aux spécificités physiques de Martin.

 

Le rocker est un vrai motocycliste. Il aime se déplacer en Harley jusqu’à ses spectacles. Une de mes premières questions à été de lui demander où il aimait rouler au Québec. Sa réponse est arrivée rapide comme un « riff » de guitare : là où c’est carrossable, et c’est rare…

 

En recadrant la question sur un des derniers endroits où il avait « trippé », Martin Deschamps a répondu sans hésiter : « Sur la route 155 pour aller au Lac St-Jean, en passant par la Tuque. J’avais un spectacle à donner à Roberval ».

 

Le chanteur de Rawdon a donc effectué 850 kilomètres aller-retour en trois-roues pour se rendre à son show. Une manière pour lui de lier l’utile à l’agréable. L’hiver, il profitera du soleil de Floride et également du rassemblement de Daytona qu’il pratique tous les ans.

 

Quel charisme ce Martin Deschamps ! Et quel naturel. Ce gars n’a rien à prouver à personne. Il est maitre de sa vie, il a depuis longtemps intégré son handicap, et il n’est pas là pour se faire plaindre.

 

C’est même un exemple pour la jeunesse et il fait partager sa philosophie en animant des conférences dans les écoles. Les sigles « Peace and Love » que l’on voit sur son trike, ses béquilles, son collier, ne sont pas usurpés. On le retrouve dans son dernier album sorti fin 2010, « On veut la Paix », un cd à écouter en boucle en montant en moto au Lac St Jean. L’inspiration Rock de Deep Purple, Ac-Dc, Guns and Roses (avant le Stade) est bien là, à part pour « Chaleurs », un clin d’oeil à la Jamaïque.

 

Quand je demande à Martin Deschamps s’il est en composition, il me répond « Oui et Non ». On sent qu’il prend son inspiration musicale de la vie, des ses expériences, de son vécu. Et il vit bien le bougre ! Je le soupçonne de composer ses paroles sur son trike, rythmé au son du « potato/potato » de son V-twin. Et ce ne sont pas ses chansons de son récent album : « Né pour être libre », « ton trip » ou « il pleut des cordes », qui me contrediront. Le bassiste, l’autre facette du personnage, ne se déplace pas sans plusieurs instruments. Aucune n’a été modifiée, il les joue comme cela. Le cas de Django Reinhardt a certainement influencé son parcours musical, lui qui a commencé à la batterie.

 

Actuellement, il est en tournée de spectacles. Il profite ainsi de rouler et de se produire en concert, deux activités qui lui tiennent à cœur.

 

Categories: moto